FORMATION BRAZZAVILLE NOVEMBRE 2020
INSTALLATION DU SG DU CNGP GABON
INSTALLATION CNGP¨QE
CNGP QE REMISE DU KIT INFORMATIQUE
9eme Session ordinaire du conseil d'administration

QUI SOMMES NOUS

 

Le CPAC est une Institution Spécialisée (IS) de l’Union Economique de l’Afrique Centrale (UEAC) ayant son siège à Yaoundé (Cameroun). Il a été créé en 2007 par un Règlement du Conseil des Ministres et érigé IS en 2012 par un Acte Additionnel de la Conférence des Chefs d’Etat. La mission de cette Institution Spécialisée est de coordonner la gestion concertée des pesticides dans l’espace CEMAC en favorisant l’amélioration et l’harmonisation des cadres législatif, règlementaire et infrastructurel en vue d’accroitre la durabilité et la compétitivité des productions agricoles.

Le CPAC est dirigé par Monsieur Auguste ITOUA, de nationalité Congolaise. Il a été nommé par la Conférence des Chefs d’Etats de la CEMAC tenue à Ndjamena (Tchad) le 31 octobre 2017.

​Les objectifs du CPAC sont :

  • Disposer des textes de gouvernance devant permettre une gestion saine des cadres administratifs et opérationnels du CPAC ;
  • Renforcer les capacités opérationnelles dans les domaines sanitaire et phytosanitaire en zone CEMAC ;
  • Contribuer à la préservation de l’environnement et l’amélioration de la qualité sanitaire des productions agricoles ;
  • Promouvoir et vulgariser les méthodes de production agricole endogènes et exogènes compétitives et durables ;
  • Accroitre la visibilité des actions du CPAC.

 

 

 

    

La production agricole mondiale est de nos jours confrontée à plusieurs défis tels que nourrir une population sans cesse croissante, augmenter la prospérité de l’humanité et préserver la biodiversité. L’importance de la protection des végétaux est de présenter une nourriture abondante, saine et variée par la pratique d’une agriculture durable et saine alors que les végétaux et produits végétaux subissent en permanence des pertes importantes dues aux attaques des bioagresseurs.

Les pays de la zone CEMAC (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée Equatoriale et Tchad), pourtant dotés de potentialités importantes, n’échappent pas à cet état des choses.

La zone CEMAC couvre un espace de 3.020.140 Km2 (soit 10% de la superficie de l’Afrique) dont 17% sont cultivés et compte environ 50 millions d’habitants. Cette zone présente donc un fort potentiel de valorisation agricole des terres.

L’agriculture est le principal secteur d’activité occupant 62,24% de la population active (Banque Mondiale, 2017). Elle contribue pour 19,76% du Produit Intérieur Brut (PIB) de cette sous-région (Banque Mondiale, 2017).

Malheureusement, tous les six (06) pays de la zone CEMAC sont des pays à Faible Revenu à Déficit Vivrier (PFRDV) et sont classés par la FAO parmi les 43 pays africains les plus dépourvus en sécurité alimentaire.

Parmi les contraintes entravant l’augmentation de la production agricole, figurent la présence d’une grande diversité de nuisibles, la menace de la sècheresse et l’instabilité de l’activité agricole.

Pour améliorer la production agricole, la méthode la plus répandue de lutte contre les nuisibles est l’utilisation des produits phytopharmaceutiques. Or, une des options de l’agriculture moderne est l’utilisation des produits chimiques de bonne qualité.

Ces pesticides bien que constituant un levain pour l’agriculture, peuvent constituer une menace permanente pour toute forme de vie et l’environnement, surtout quand leur gestion n’est pas bien règlementée.

Face à ces risques liés à l’utilisation des pesticides, à l’insuffisance des règlementations et législations nationales en matière phytosanitaire, à l’inexistence des structures d’homologation dans certains pays de la sous-région, aux difficultés de contrôle des produits agrochimiques à l’échelle nationale dues à la porosité de nos frontières et à la libre circulation des biens, les six (06) Etats de la CEMAC se sont accordés à mettre en place en 2007 une structure sous régionale, le Comité Inter-Etats des Pesticides de l’Afrique Centrale (CPAC).

 

Décembre 2000 : Adoption par la Conférence des Chefs d’Etats de la Stratégie Régionale de Sécurité Alimentaire, à Ndjamena, Tchad ;

Mars 2001 : au cours d’une réunion organisée par AMEWG/GCPF, devenue CropLife Africa Middle East, il a été recommandé aux participants d’initier une procédure d’harmonisation des réglementations phytosanitaires en zone CEMAC ;

Mars 2002 : Rencontre réunissant les représentants phytosanitaires des six pays membres de la CEMAC à Yaoundé. Création d’une cellule de suivi et désignation de son Secrétaire;

Novembre 2002 : Elaboration de la première mouture de la réglementation sur l’homologation commune des pesticides en Afrique centrale ;

Mai 2004 : Validation de la réglementation commune par les Ministres de l’Agriculture des pays de la CEMAC, réunis à Malabo, Guinée Equatoriale ;

Avril 2005 : Elaboration d’un projet avec l’aide du PIP pour l’appui à la mise en place du CPAC et soumission de ce projet par le Secrétaire de la Cellule du CPAC, M. Benoit BOUATO à l’Union Européenne, au cours d’un séminaire organisé par le PIP à Bruxelles ;

Septembre 2005 : Signature du document de la réglementation au cours d’une réunion ad hoc des Ministres chargés de l’Agriculture des pays membres de la CEMAC à Douala, Cameroun;

Septembre 2006 : Mise en place du Bureau du CPAC;

Mars 2007 : Adoption du CPAC par le Conseil des Ministres de l’UEAC en session ordinaire à Ndjamena, Tchad ;

Septembre 2007 : Signature des décisions pour la nomination des Experts/Membres du CPAC par le Président de la Commission de la CEMAC ;

Novembre 2007 : Installation officielle et solennelle du Secrétaire Permanent du CPAC à Yaoundé ;

Juin 2008: Installation du siège du CPAC à Yaoundé dans un local offert par le Gouvernement Camerounais ;

 Juillet 2012 : Erection du CPAC en Institution Spécialisée de l’UEAC par la 11ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d’Etat de la CEMAC à Brazzaville, République du Congo ;

Novembre 2012: Nomination du premier Directeur Général en la personne de Madame Catherine AZOUYANGUI, de nationalité Centrafricaine et installation officielle le 22 décembre 2012 ;

Octobre 2017: Nomination de Monsieur Auguste ITOUA, de nationalité Congolaise comme nouveau Directeur Général du CPAC et installation officielle le 22 décembre 2017.

1. Vision du CPAC

L’idéal du développement humain est l’atteinte de la souveraineté alimentaire qui implique une sûreté et une sécurité alimentaires. Cet objectif noble implique malheureusement l’introduction des produits phytopharmaceutiques toxiques dans le cycle de production agricole.

Dans ce contexte, le CPAC se fixe comme vision d’ici à 2025, d’être, une Institution de référence sous régionale en matière de gestion des pesticides, permettant aux pays de la CEMAC de produire durablement des aliments sains, sûrs et en abondance.

 

2. Mission du CPAC

La mission du CPAC est de coordonner la gestion concertée des pesticides dans l’espace CEMAC en favorisant l’amélioration et l’harmonisation des cadres législatif, règlementaire et infrastructurel en vue d’accroître la durabilité et la compétitivité des productions agricoles.

 

 

Organisation / Organigramme

Organisation

Le CPAC dispose de quatre (04) principaux organes ;

  •     La Conférence des Chef d’Etat de la CEMAC ;
  •     Le Conseil des ministres de l’UEAC ;
  •     Le Conseil d’Administration ;
  •     La Direction Générale ;

La Direction Générale du CPAC dispose de trois (03) sous-organes d’appui technique qui sont :

  • Le Conseil Scientifique ;
  • La Commission sous-régionale d’homologation des pesticides ;
  • Les Comités Nationaux de Gestion des Pesticides (CNGP).

Le CPAC comprend également deux (02) directions et des services rattachés.

 

Organigramme

 

  • Adresse:  B.P.: 16344 Yaoundé – Cameroun
  • Tél./Fax: (237) 222 20 31 99
  • Email: dgcpac-dgcpac@yahoo.fr
  • Siège social: Quartier NLONGKAK, lieu dit: "BATA NLONGKAK" en face de la pharmacie des Nations Yaoundé, Cameroun