CPAC
Pesticides Actu Pesticides actu CEMAC

Commission de relance du CPAC

Chers Experts/Membres,

Chers lecteurs, partenaires et sympathisants du Cpac,

C’est avec une grande joie que nous vous annonçons la relance des activités du Cpac. En effet, le fonctionnement du Cpac avait été perturbé par des problèmes managériaux. Mais au cours du dernier Sommet des chefs d’Etat de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cemac) qui s’est tenu à Ndjamena (Tchad), les chefs d’Etat de la Cemac ont décidé de nommer à sa tête un grand expert en science phytosanitaire et en gestion des organismes internationaux, qui avait même suivi, beaucoup de  formation dans le domaine de la gestion des pesticides. Il s’agit de Monsieur Auguste ITOUA du Congo, Expert/membre fondateur, assermenté du Cpac.

Dès sa nomination, le Directeur général s’est fait entourer par des personnes d’expériences pour réussir à sa mission. Il s’agit de M. Bouato B. Benoit, initiateur du Cpac et Expert/Membre du Cpac et de M. Nkoumou Ekongolo, Expert/membre fondateur du Cpac, ex-Secrétaire de la Commission nationale d’homologation des pesticides du Cameroun. Il s’agit aussi d’autres experts en la matière mobilisés pour les besoins de relance de cet organisme, longtemps resté en hibernation.

            Fort de ce soutien politique et matériel des plus hautes autorités de la Cemac, fort aussi de l’appui scientifique de son équipe ainsi constituée, le nouveau Dg/Cpac a lancé ses activités par la création d’une Commission Ad ‘hoc Interne pour le diagnostic de la situation du Cpac. Il s’agissait pour cette Commission de faire le point sur la situation actuel du Cpac et de proposer des solutions pour la sortie de cette hibernation. Cette Commission interne, dite ‘’Ad ‘hoc’’, était formé des personnes connaissant profondément le fonctionnement scientifique du Cpac certes, mais aussi, d’un juriste et d’un Contrôleur financier, qui a fait ses preuves, dans le système un peu compliqué de la gestion financière de la Cemac.

L’analyse de la situation exacte actuelle du Cpac s’est réalisée avec une méthodologie appropriée. Celle-ci consistait à relever les faiblesses et les forces de chaque compartiment ou sous-compartiment constitutif du Cpac, et la proposition d’amélioration ou de correction se dégageait automatiquement. A l’aide de cette méthodologie, tous les aspects du Cpac ont été sillonnés : de l’aspect institutionnel, à l’aspect financier, en passant par les aspects administratif et scientifique.

Bref, il était question d’analyser et d’évaluer tous ces aspects pour établir la cohésion des activités du Cpac avec les missions qui lui sont assignées, afin de lui permettre d’atteindre correctement les résultats attendus, dans le respect du dispositif institutionnel communautaire, ainsi que par la mise en place des outils de pilotage (feuilles de route, etc.), des moyens de contrôle, de suivi et évaluation de l’activité et de la gestion adéquate des ressources matériels, financières et humaines.

Après deux semaines d’intenses travaux, la Commission Ad’hoc a ainsi accouché douloureusement de ses résultats. Présentés d’abord au Directeur général au cours d’une séance de travail restreinte, ces résultats ont été aussi exposés à tout le personnel au cours d’une séance plénière, dans la salle de conférence du Cpac.

A première vue, les résultats démontrent l’inadéquation entre le système d’organisation du Cpac, depuis environ 05 ans, et les missions qui lui sont assignées.

Sur la base de ces résultats, des suggestions ont été faites (cf. rapport de la Commission Ad ‘hoc). C’est sur la base de ces suggestions, issues d’une analyse purement scientifique, que le Dg est entrain de réorganiser tout le système du Cpac, pour repartir sur des bases scientifiquement acceptables.

Related posts

Laisser un Commentaire

48 + = 55

Connexion

Vous n'avez pas de compte? INSCRIVEZ-VOUS ICI
X

.