CPAC
CNGP Cameroun Pays de la CEMAC

Le Cameroun

Population : 17,2 Millions d’hab.
Superficie : 475 442 km2
Capital : Yaoundé
PIB 2005 : 8 832 Milliard FCFA
PIB/Hab. : 1 031,2 $ US
Président : S.E. Paul BIYA
Langue officiel : Français, Anglais


RAPPORT SUR L’ETAT DES LIEUX DE LA GESTION DES PESTICIDES: EXTRAIT.

Le Cameroun est un pays essentiellement agricole dont la population est à près de 75 % rurale et vivant d’agriculture. Dès l’indépendance et pour continuer dans la même lancée que l’administration coloniale, le Gouvernement a mis sur pied une politique d’appui directe aux agriculteurs à travers les secteurs de modernisation devenus plus tard des sociétés de développement agricole et les services traditionnels de l’agriculture. La plupart des intrants et en particulier les produits phytosanitaires, engrais et appareils de traitement étaient gracieusement mis à la disposition des agriculteurs et dans le cas des cultures à grande échelle les traitements étaient effectués en régie par les agents de l’Etat. Dans ce contexte, l’Etat était juge et partie. Mais, avec l’avènement de la crise économique des années 90, l’Etat s’est désengagé des fonctions d’appui direct à la production suite à la libéralisation de l’économie pour se consacrer à ses missions régaliennes de réglementation et de contrôle.

La Stratégie de Développement du Secteur Rural élaborée par le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural du Cameroun, a identifié entre autres actions prioritaires, la mise en place d’un cadre réglementaire approprié pour le développement des activités des différents acteurs du secteur agricole. Elle en fait l’un des objectifs stratégiques devant conduire à la modernisation de l’agriculture, et l’augmentation de la production agricole.
En la faveur de la nouvelle politique agricole, le secteur de la distribution des pesticides et autres inputs agricoles s’est vu confié aux opérateurs privés. Ceux-ci opèrent naturellement sur la base de la recherche du profit. On constate de plus en plus, que la qualité des produits commercialisés, ainsi que la formation des agriculteurs à une meilleure utilisation de ceux-ci, ne font pas partie de leurs priorités.

Les insuffisances dans ce nouveau système d’approvisionnement et d’utilisation des intrants agricoles, met en exergue la nécessité de la mise en place d’un système de gestion qui assure une :
acquisition authentique des inputs, évitant des pertes financières par l’achat des produits contrefaits, prohibés, périmés, sous dosés ou mal reconditionnés ;
utilisation rationnelle des inputs, qui vise à n’appliquer que la quantité strictement nécessaire, et les molécules adaptées participant ainsi à la préservation de la santé des utilisateurs et des consommateurs, et à la protection de l’environnement;
mise sur le marché des produits agricoles de bonne qualité, c OnfOl11leS aux nornles locales et internationales, afin d’éviter une réduction du volume des exportations agricoles;exploitation plus judicieuse des opportunités offertes par l’ouverture des marchés internationaux à nos produits, permettant aux exportateurs de réaliser des fortes plus values.

Fort de ce qui précède, le Gouvernement de la République du Cameroun, a par le Décret n° 2005/118 du 15 avril 2005 portant organisation du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural, confié cette mission à une Direction Technique: Direction de la Réglementation et du Contrôle de Qualité des Intrants et Produits Agricoles. Pour mener à bien son activité, cette Direction se subdivise en trois Sous-Directions:

  1.  Laboratoire National d’Analyse Diagnostique des Produits et Intrants Agricoles (LNAD) ;
  2. Sous Direction de la Réglementation des Semences et de la Quarantaine Végétale (SDRSEQ) ;
  3. Sous Direction de la Réglementation des Pesticides, Engrais et Appareils de Traitement (SDRP).

Sous Direction de la Réglementation des Pesticides, Engrais et Appareils de Traitement (SDRP).

C’est cette dernière unité (SDRP) qui réglemente l’homologation, la distribution, l’utilisation, et le contrôle des pesticides et des Appareils de Traitement au Cameroun. Pour ce faire, elle s’appuie sur les lois et décrets que dessous (voir en annexe organisation et attributions de la Sous Direction de la Réglementation des Pesticides, des Engrais et des Appareils de Traitement).

Écrit par CNGP Cameroun

Related posts

Connexion

Vous n'avez pas de compte? INSCRIVEZ-VOUS ICI
X

.