CPAC
Communiqués Mot du DG

La nouvelle politique du CPAC

Chers lecteurs et sympathisants du Cpac,

Pour la deuxième fois, le Comité inter-états de pesticides d’Afrique centrale (Cpac), vient d’assister au changement de son dirigeant. Avant son érection en Institution spécialisée, le Cpac était dirigé par un Secrétaire permanent. Mais dès cette érection, les chefs d’Etat ont nommé un Directeur général. A la fin de son mandat, votre serviteur a été appelé par les mêmes chefs d’Etat à prendre les rênes de ce jeune organisme, dont la création n’est pas encore terminée. L’œuvre commencée par mes prédécesseurs doit se poursuivre et même s’intensifier.

Afin de mieux cerner le travail à faire, j’ai jugé bon, dès mon arrivée de constituer une Commission ad hoc interne pour le diagnostic de l’état actuel du Cpac. Sur la base des résultats auxquels est parvenue cette commission, un plan de travail a été dressé. En gros, il s’agit tout d’abord de redynamiser le Cpac et de l’adapter effectivement au contexte des institutions spécialisées de l’Union économique de l’Afrique centrale (Ueac). Pour mieux le faire, il faut commencer par le document de base : ‘’la Réglementation commune sur l’homologation des pesticides en Afrique Centrale’’. En effet, ce document qui avait été signée en 2005, douze (12) ans après, présente actuellement certaines insuffisances liées à l’évolution institutionnelle du Cpac, ainsi qu’à la pratique de la gestion des pesticides  dans les Etats. Sa relecture est une urgence dans le court terme par l’ensemble des Etats membres et les partenaires devant aboutir à la révision de certains articles qui posent problème.

Aussi, pour arrimer le Cpac au dispositif institutionnel de la Communauté et à sa spécificité scientifique, la nécessité d’élaborer des statuts qui lui sont propres est impérative. C’est dans ce cadre qu’il faut revoir la configuration de son Conseil d’administration actuel qui n’est pas conforme à l’esprit du Règlement 09/12-UEAC-CPAC-CM-23 du 22 juillet 2012 portant organisation et fonctionnement du Cpac. Les représentants des Etats devraient être choisis parmi les hauts responsables du Ministère en charge de l’Agriculture, ainsi que deux membres choisis dans le comité des Experts pourraient prendre part aux travaux du Conseil d’administration.

Sur le plan scientifique, il est question de s’appuyer sur les plus hautes autorités des Etats pour relancer la mise en place des Comité nationaux de gestion de pesticides (Cngp), par la désignation des membres et leur assermentation, afin que le travail scientifique du Cpac soit effectif sur le terrain. Il s’agira aussi de relancer rapidement les négociations relatives aux transferts progressifs des homologations par les pays au Cpac.

Concernant la coopération, les partenariats scientifiques qui avaient été mis en veilleuse depuis un moment, devront être relancés pour les échanges d’expériences et le renforcement des capacités. Par ailleurs, les campagnes de sensibilisation des firmes doivent s’intensifier pour amener ces partenaires à se conformer aux dispositions de la réglementation commune pour l’homologation de pesticides en Afrique centrale.

Sur le plan administratif, certains disfonctionnements sont dus au fait que les effectifs étaient pléthoriques et non exploités adéquatement. Une urgence de redéploiement doit intervenir pour que le personnel soit mieux utilisé, afin qu’il produise les résultats escomptés.

Il est aussi question de se doter d’un manuel de procédures administrative, comptable et financière. A ce jour, un projet de manuel est disponible au CPAC. Aussi, la Commission interne des marchés prévue par les dispositions du Règlement portant passation des marchés est mise en place. La faiblesse est que certaines dépenses sont payées sans au préalable avoir été engagées et liquidées après visa du Contrôleur financier qui est juge de la régularité des dépenses. Ainsi, pour rationaliser les procédures, l’élaboration de ce Manuel est aussi une urgence.

Telles pourraient vous être données en diagonale, les premières actions-cibles à être exécutées au cours de mes premiers 200 jours à la tête du Cpac. Un recentrage de la ligne de commande initiée sur la base des missions originelles du Cpac et de la configuration actuelle liée aux diverses évolutions de son environnement institutionnel, vous sera servi au prochain numéro. Bonne lecture.

Le Directeur général.

Related posts

Laisser un Commentaire

Connexion

Vous n'avez pas de compte? INSCRIVEZ-VOUS ICI
X

.